ÉGYPTE : DÉCOUVERTE DE LA TOMBE DE L’ORFÈVRE DU DIEU AMON

L’Égypte antique est une période de prédilection pour les archéologues. On ne cesse en effet de découvrir sur le territoire égyptien des tombeaux, des momies et des temples très anciens. Aujourd’hui, c’est la tombe d’un orfèvre du dieu Amon que les archéologues ont découverte sur place, près de Louxour plus exactement. Il s’agit du dieu majeur de la mythologie égyptienne.

Le caveau est constitué de plusieurs salles. Ces dernières contenaient presque toutes des momies et des statues. Selon les tests effectués, ces momies se trouvent là depuis 3 500 ans environ.

Depuis, les momies ont commencé à être datées et les sarcophages restaurés. Cette découverte permet d’en savoir davantage sur l’époque du nouvel empire.

Qui était-il ?

Il s’appelait Amenemhat, un nom porté par plusieurs pharaons et qui signifie littéralement « sous la responsabilité d’Amon ». Ce n’était pas seulement son travail, mais aussi, et surtout toute sa vie que l’orfèvre a consacrée au dieu Amon. Le bijoutier a vécu à l’époque du nouvel empire, soit à une période allant du 16e au 11e siècle av. J.-C..

La découverte a été faite par des archéologues dans la nécropole de Dra Aboul Naga, à proximité méridionale de Louxour. L’endroit est réputé pour avoir déjà permis plusieurs autres trouvailles de cette même importance, en l’occurrence des temples et des tombes anciens.

C’est le ministère des Antiquités qui a fait la déclaration le samedi 9 septembre 2017.

Ce qu’on a trouvé d’autre ce jour-là

À part Amenemhat, trois autres momies, celles d’une femme et de ses deux enfants, ont aussi été découvertes dans une autre salle de cette tombe. On y accède grâce à un couloir. L’égyptologue, Chérine Ahmed Chawqi, spécialiste des os, affirme d’après ses analyses que la femme a vécu pendant environ un demi-siècle.

Elle semblait atteinte d’une maladie bactérienne située au niveau de ses os.

Un autre passage mène à une troisième salle remplie de momies, de 150 petites statues funéraires et de masques. Les statues étaient taillées, soit dans le bois, la terre ou la roche calcaire. Ce même sépulcre contenait une statue de l’orfèvre, assis sur une chaise à côté de sa femme.

Elle portait une robe et était coiffée d’une perruque. Entre les époux se trouvait un portrait peint de leur fils.

Des archéologues découvrent trois tombeaux millénaires dans le sud de l’Egypte

Des archéologues égyptiens ont découvert trois tombeaux anciens renfermant plusieurs sarcophages dans un cimetière vieux de près de 2.000 ans dans le sud de l’Egypte, a indiqué mardi le ministère des Antiquités.

Les tombeaux mis au jour dans la zone d’al-Kamin al-Sahrawi dans la province de Minya, au sud du Caire, se trouvaient dans un cimetière construit entre la 27e dynastie (fondée en 525 av. JC) et la période gréco-romaine (entre 332 av. JC et le IVe siècle), a précisé le ministère dans un communiqué.

L’équipe d’archéologues a découvert « une collection de sarcophages de différentes formes et tailles ainsi que des morceaux d’argile », précise le texte, citant le responsable de l’Egypte ancienne au sein du ministère des Antiquités, Ayman Achmawy.

L’un des tombeaux contenait quatre sarcophages sur lesquels ont été sculptés des visages humains.

Des archéologues découvrent trois tombeaux millénaires dans le sud de l’Egypte – © EGYPTIAN ANTIQUITIES MINISTRY / AFP

Des os qui seraient les restes d' »hommes, de femmes et d’enfants de différents âges » ont également été découverts dans l’un des tombeaux, a indiqué le chef de la mission Ali al-Bakry, cité dans le communiqué.

Cela montre que « ces tombeaux faisaient partie d’un cimetière d’une grande ville et non de celui de garnisons militaires, comme le suggèrent certains », a-t-il poursuivi.

Une précédente fouille ayant débuté en 2015 avait eu lieu sur ce même site.

« D’autres travaux sont en cours pour révéler plus de secrets », indique le communiqué.

L’Egypte a dévoilé en octobre 2015 un ambitieux projet baptisé « Scan Pyramids », visant notamment à découvrir des chambres secrètes au coeur des pyramides de Gizeh et de Dahchour et à éclaircir enfin le mystère entourant leur construction.

 

source : https://www.rtbf.be/